Faut-il allaiter pour rendre les enfants intelligents?

Résumé: 

Il ne se passe pas une année sans qu’une nouvelle étude vienne confirmer ou modérer l’influence de l’allaitement maternel sur le développement cognitif de l’enfant. Dans cet article, je décortique une revue systématique de littérature avec méta-analyse qui montre un intérêt positif de l’allaitement maternel sur le QI de l’enfant. Tout en reconnaissant ses bénéfices à l’échelle collectif, j’en tempère l’impact à l’échelle individuelle, notamment en raison des multiples facteurs qui influencent l’intelligence et la difficulté de disposer d’une mesure fiable et précise de l’efficience cognitive. Enfin, j’interroge l’ampleur qu’a pris aujourd’hui la performance intellectuelle dans les aspirations parentales en particulier et dans la société en général. La décision d’allaiter son enfant au sein et de partager ce lien spécifique avec lui ne devrait peut être pas reposer uniquement sur le désir de booster ses neurones.

Article intégral à lire sur Slate

 

 

Crédit photo Patricia M

Publicités

Pour une pédagogie de la résistance

Je dois reconnaître que j’ai été sceptique quand les éditions du Pommier m’ont fait parvenir pour la Bibli des VI, le dernier livre d’Olivier Houdé Apprendre à résister où celui-ci explique sous forme de manifeste sa théorie innovante de modélisation de l’apprentissage chez l’enfant: en fan absolue de ces scientifiques américains vulgarisateurs hors pair tels que Alison Gopnik, Daniel Kahneman, John Médina (et bien d’autres!), je craignais de trouver un texte austère et jargonnant comme tant d’éminents scientifiques français se plaisent à produire. Bien au contraire, Olivier Houdé réussit la prouesse de vulgariser sa théorie sans tomber dans l’écueil du simpliste infantilisant, ni dans celui l’élitisme excluant, tout en l’inscrivant dans une perspective de changement en permettant aux enseignants comme aux parents de s’en saisir afin de transformer au quotidien la vision qu’ils portent sur l’apprentissage de l’enfant qu’ils accompagnent.

Continuer la lecture de Pour une pédagogie de la résistance

L’intelligence de l’enfant entre fascination et tensions

Mon enfant est-il « suffisamment » intelligent? Comment permettre à mon enfant de développer au mieux son potentiel intellectuel (lui faire écouter Mozart? lui apprendre à jouer aux échecs? engager une baby sitter trilingue?)? Mon enfant ne serait-il pas « précoce », surdoué, ou n’a-t-il pas du moins un profil cognitif atypique?

Voici des questions qui reviennent régulièrement, pour ne pas dire constamment, dans la tête et la bouche des parents (je vous fais grâce des milliards de pages de forums variés sur le sujet…).

Ces questions n’ont selon moi rien d’honteuses: il me semble assez normal pour un parent de chercher comment faire « au mieux » pour son enfant, de s’interroger sur son insertion sociale présente et future… car c’est bien de cela qu’il s’agit!

Continuer la lecture de L’intelligence de l’enfant entre fascination et tensions

Les bébés sont extraordinaires

Quand j’avais 16 ans et que je réfléchissais à un projet professionnel, je me voyais monter un laboratoire pluridisciplinaire réunissant psychologues, philosophes, gens de lettres, biologistes, médecins et même des théologiens, dans le but de découvrir la « vraie » nature des sentiments et des émotions. Je voulais savoir ce qu’il se passait dans mon cerveau lorsque j’étais heureuse, triste, amoureuse, surprise mais aussi caractériser des ressentis plus subtils tels que: la connaissance, l’intuition, l’angoisse existentielle… Je voulais croiser les descriptions disponibles dans tous les champs disciplinaires qui s’étaient intéressés à ces questions dans le but d’en produire une synthèse, la plus pertinente et efficace qui soit.

Continuer la lecture de Les bébés sont extraordinaires