Protéger les garçons…. en luttant contre le sexisme!

Résumé: 

Aujourd’hui l’écart entre le taux de mortalité des filles et des garçons se creuse dès l’adolescence. En cause, les conduites à risques et autres comportements violents vus comme injonction sociale dans la communauté des jeunes et moyen incontournable de faire la preuve de sa virilité. Dans cet article, je reviens sur les stéréotypes de genre, présents dès le plus jeune âge et qui encouragent les garçons à la démonstration de force et la domination physique. J’évoque aussi les pistes pour sortir de ce cercle vicieux de violence: renouveler les modèles que les pères présentent à leurs fils, soutenir les luttes féministes pour que les hommes prennent une part plus égalitaire dans les tâches ménagères et parentales, mais aussi peut être construire un nouvel accompagnement de l’adolescence et réinventer les rites d’insertion des jeunes dans la communauté.

Le texte intégral de cet article peut être consulté dans le numéro 58 de mai/juin 2016 du magazine Grandir Autrement.

 

Crédits photos

Une mère d’huile

Ces textes sont issus d’un projet commencé en 2015. Son but est de traiter sous la forme de la fiction le thème de la charge mentale maternelle et des conséquences des injonctions sociales à la conformité dans lesquelles les filles grandissent. Qui sait si je ne le poursuivrai pas un jour?

La mère est d’huile, elle sait graisser les rouages des échanges quotidiens, mais sous la surface tranquille, qui donc connaît ses remous de son être?

Il faisait doux ce jour là ce jour là sur le bord de la falaise. L’amoncellement des cumulus joufflus au dessus de l’immensité crayeuse semblaient coiffer d’une couche de chantilly une généreuse part de cheesecake. La brise était légère et iodée, comme le souffle tranquille d’une nature hospitalière. Ses pieds nus goûtaient l’humidité de l’herbe grasse et la plénitude de cette belle journée d’été. Le bercement des vagues embrassant la matière minérale donnait à l’eau son incomparable couleur laiteuse des plages du Nord. Elle le savait: au pied de son promontoire, se trouvaient par milliers ses silex préférés, qui lorsqu’on les mouillaient prenaient une douce teinte rosée presque translucide qui ne manquait de la replonger dans ses souvenirs d’enfance. Elle avait autrefois passé un temps infini à se perdre dans ce monde étrange qui s’ouvrait lorsque son oeil mirait les rayons du soleil au travers du caillou. Quelques mouettes volaient haut dans le ciel et elle se sentit dévorée par un vent de liberté. Quel âge avait-elle? Comment se prénommait elle? A quelle époque vivait elle? Autant de questions sans importance pour elle qui vivait ici et maintenant.

Une compagnie d’oiseaux s’envola subitement comme les pigeons du square poursuivis par un enfant facétieux et elle sentit un bruissement lointain parcourir ses membres. Le sol s’ouvrit alors brusquement sous ses pieds, et dans un craquement effroyable elle se sentit glisser dans les entrailles de la terre avant même d’avoir pu revoir le film de sa vie.

Continuer la lecture de Une mère d’huile

Egalité fille-garçon, aller contre le sexisme

Résumé: 

Alors que certains voudraient proclamer l’avènement de l’égalité entre fille et garçons, les chiffres sont là pour nous rappeler que la lutte n’est pas encore terminée: inégalités de salaires, inégalités de répartition des tâches ménagères et parentales. Devant ce constat, il faut agir: lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes de genre qui sévissent dans les jouets, la littérature jeunesse et la télévision, s’élever contre les normes d’hypersexualisation qui objectivent les filles, s’interroger sur les propres modèles que nous présentons à nos enfants et défendre l’avènement d’une éducation sexuelle digne de ce nom.

L’intégralité de l’article peut être consulté dans le numéro 44 de Janvier 2014 du magazine Grandir Autrement. Vous pouvez aussi me contacter par mail pour plus de détails.

Crédits photo

Maman fait du gâteau, papa passe l’aspiro

Ça fait un petit moment que j’attendais de trouver le temps de vous parler du dernier bouquin de Christine Castelain Meunier que j’ai reçu il y a quelques temps pour la bibli des VI et qui s’appelle Le Ménage: la fée, la sorcière et l’homme nouveau.

Pour mémoire, Christine Castelain Meunier était une de nos invitées des Rencontres annuelles 2013 des Vendredis Intellos où nous l’avions notamment sollicitée pour venir nous parler du partage des rôles éducatifs (au sens large) entre père et mère et de la façon dont ces rôles avaient évolué ces dernières décennies.

Continuer la lecture de Maman fait du gâteau, papa passe l’aspiro

Dico des filles 2014: on a du pain sur la planche!

Lorsque j’ai reçu le Dico des filles 2014 pour la bibli des VI, je savais déjà que ce bouquin ne me plairait pas… mais je pensais néanmoins être en mesure de le chroniquer d’une façon constructive, qui mette en lumière les aspects positifs et négatifs, les éléments avec lesquels je ne me sentais ou pas en accord. En règle générale, j’aime me confronter aux opinions contradictoires, aux points de vue divers, j’aime l’idée que tous puissent cohabiter dans le respect les uns des autres…

Certes la probabilité de trouver un point de vue progressiste dans ce bouquin édité par les très sexistes  Editions Fleurus de près de 500 pages d’un doux papier glacé, entièrement pailleté était maigre, très maigre. Mais je ne m’attendais pas y trouver ce que j’y ai trouvé.

Continuer la lecture de Dico des filles 2014: on a du pain sur la planche!

De la méprise

Ce devait être en 1991, ou peut être en1992,
Cet hiver là, je savourais ma chance:
Mes parents nous avaient emmené, mon frère et moi, aux sports d’hiver…
Je n’étais certes pas très douée, mais j’aimais beaucoup ça…
Glisser sur la neige, risquer à chaque instant de tomber, se faire mal pour de faux dans cette neige douce et moelleuse…
Quel régal et quelle excitation!!!
Le matin j’allais aux cours de ski collectifs pour passer ma 2ème étoile
J’étais très fière de parcourir seule les 500 mètres qui séparaient l’appartement de location du départ des cours,  un peu comme si j’étais déjà grande et je vivais ma vie…

Continuer la lecture de De la méprise