Hommage aux grandes vacances et autres rites de rentrée

Je prends enfin le temps de vous faire un petit retour sur mes deux articles du mois de septembre publiés sur le média en ligne Slate. (En passant, n’hésitez pas à me donner votre avis sur ces minis-résumés que je publie ici. A savoir: si vous les trouvez intéressants, ou non, ayant une plus-value, ou non. Pour ma part, c’est évidemment l’occasion de réunir mes écrits mais aussi d’en dire un peu plus sur leur contexte, les questions qui les ont motivés, les réponses qu’ils m’ont fait découvrir, partager quelques anecdotes personnelles ou quelques lectures complémentaires)

Continuer la lecture de Hommage aux grandes vacances et autres rites de rentrée

Publicités

Accompagner le bilinguisme de ses enfants

Résumé:

Le bilinguisme (et a fortiori le multilinguisme) est en France vécu comme une particularité alors qu’il est la norme dans la majorité des pays du monde. Dans cet article, j’interviewe deux mamans qui se sont expatriées, transitoirement pour raisons professionnelles, ou plus définitivement pour vivre avec leur conjoint de nationalité étrangère. Elles me racontent le quotidien avec leur enfant, la façon dont elles pratiquent et vivent le bilinguisme, les difficultés et doutes qu’elles ont rencontrées, mais aussi leurs belles découvertes.

Le texte intégral peut être consulté dans le n°52 de mai 2015 du magazine Grandir Autrement. Vous pouvez aussi me contacter par mail pour plus de renseignements.

Crédit photo

Il ne faut jamais lâcher la main de l’enfant qu’on a été*

* Cervantès

Je n’ai réalisé que très récemment, et avec beaucoup d’amertume, que j’avais finalement grandi. Non que j’ai douté un seul instant étant enfant que je prendrai un jour forme adulte, mais j’espérai secrètement que mon coeur et mon esprit reste celui que je fréquentais de toute éternité, c’est à dire celui d’un enfant.

Plusieurs indices m’ont mis la puce à l’oreille.

D’abord, je suis désormais une piètre partenaire à « Tout ce qu’on veut »  (c’est le nom par lequel mes affreux ont baptisé le jeu qui consiste à se prétendre qui on veut, dans le monde qu’on veut pour y faire ce qu’on veut), le genre à vouloir toujours tout commander sans pour autant vraiment y croire. L’an dernier, alors que nous étions coincés dans la voiture à attendre que MrD revienne d’une petite course, j’ai proposé aux affreux: « On dirait qu’on était dans une fusée qui partirait vers la lune, et ce sera toi, Petit Monstre Heureux, notre capitaine de vaisseau ». Les affreux ont piaffé de bonheur, ont mis les gazs et nous voilà partis. Malheureusement, le ciel étoilé n’est pas apparu pour moi aussi nettement qu’autrefois, la transformation des passants en honnêtes luniens était déplorable et aucune angoisse ne m’étreint alors même que la terre prenait pour nous la dimension d’une orange (d’où d’ailleurs la formule: la terre bleue comme une orange).

Continuer la lecture de Il ne faut jamais lâcher la main de l’enfant qu’on a été*

Un A est-ce vraiment plus abstrait qu’un caméléon?

Apprendre à lire en famille de Marlène Martin, voici un titre qui a immédiatement fait surgir en moi une foule de souvenirs…

J’ai longtemps cru que la lecture était un truc un peu magique, comme faire du vélo ou marcher sur des échasses: la veille tu n’y arrives pas, tu ne comprends même pas réellement ce qu’on te demande, et puis le lendemain tu SAIS et jamais plus tu n’oublieras… tu n’arrives même plus à ne pas y arriver… Ayant appris à lire bien avant le CP, je n’ai jamais trop compris à quoi pouvait servir les lentes énumérations de sons qu’épinglait consciencieusement ma maîtresse sur les murs de la classe, je passais donc le plus clair de mon temps à voler en pensées avec les pigeons de la cour tout en culpabilisant d’être une élève si peu attentive…

Continuer la lecture de Un A est-ce vraiment plus abstrait qu’un caméléon?