Dès que l’on cherche des informations dans un cadre personnel ou professionnel, se pose toujours la question des sources. Comment trouver des informations fiables? Pertinentes compte tenu des objectifs qu’on s’est fixés? Comment éclairer les questions qu’on se pose et qui parfois ont des conséquences sur nos choix personnels et familiaux?

Il n’est pas vraiment question ici de classer les sources en « bonnes » ou « mauvaises », chaque source d’information a ses propres avantages et ses propres limites. Si par exemple, je me rends sur un forum destinés aux parents, je sais que je vais y lire des informations qui se rapportent aux vécus individuels, que cela pourra me donner des indications sur les problématiques et polémiques qui animent la communauté des parents (ou du moins la part de celle qui échange sur le forum!), sur la façon dont les individus y répondent et le positionnement qu’ils adoptent, mais il serait très imprudent de les considérer a priori comme ayant une forte pertinence scientifique. De même, si je me rends sur un site institutionnel, je pourrais prendre connaissance des éléments que telle ou telle institution valorise, prône ou promeut, c’est à dire comprendre quel est le positionnement de cette autorité vis à vis d’une question donnée. Mais là encore, même si je décide de faire confiance à cette institution (par exemple parce que j’adhère à ses valeurs), je devrais garder à l’esprit que je n’ai pas affaire a priori à une information totalement impartiale. Inversement, si je consulte une publication scientifique, je peux a priori m’attendre à une plus grande fiabilité scientifique de l’information mais ce n’est pas pour autant que je vais pouvoir l’utiliser en l’état pour faire mes choix personnels, ne serait-ce que parce que les recherches sont parfois déconnectées des conditions de vie et des problématiques quotidiennes des individus.

Quoiqu’il en soit, lorsqu’une question nous taraude, il nous faut toujours faire un choix dans l’immense diversité des sources d’informations disponibles. Dans un souci de transparence, mais aussi pour vous donner l’occasion (peut être?!) de diversifier encore vos propres sources d’informations, j’ai décidé de présenter ici celles que j’utilise de façon récurrente. Ceci vous permettra peut être de situer mon propos dans la filiation des idées, c’est à dire aussi de pouvoir le nourrir et/ou de le critiquer.

Moteurs de recherche

  • Google Scholar Moteur de recherche dépendant de google, recensant les publications scientifiques. On peut y faire une recherche pas mot-clé et inclure des critères de date. Pour chaque article, est aussi indiqué le nombre de fois où il a été cité et les références qui l’ont cité. Ce n’est pas une donnée absolue mais ça peut permettre quand même de se faire une petite idée…
  • Google Books Autre moteur de recherche de Google permettant d’avoir accès à des extraits de livres ou pour certains à des numérisations intégrales. Je m’en sers souvent pour avoir un aperçu de l’ouvrage et décider par exemple si je vais ou non l’acheter, mais je n’aime pas trop en abuser n’étant pas trop certaine de l’éthique avec laquelle Google gère les droits d’auteurs sur ces pages.
  • Base de données ERIC c’est une base de données spécialisée en sciences de l’éducation. L’extrême majorité des articles recensés sont en anglais.

Bibliothèques en ligne

  • Gallica c’est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. On y trouve la numérisation de très nombreux ouvrages anciens mais aussi de journaux, de gravures, ou des textes de lois… Dans beaucoup de contenus, il est possible de faire une recherche par mots clés au sein même du document, ce qui permet de gagner beaucoup de temps. En cas de recherche infructueuse, le community manager de Gallica est très réactif sur twitter, ça vaut toujours le coup de lui glisser un petit message…
  • Portail Persée c’est un site universitaire et qui propose en libre accès de nombreuses revues scientifiques françaises en sciences humaines et sociales. Je l’utilise aussi pour les comptes rendus de lecture qu’on peut y trouver et qui donnent un aperçu bref mais aussi souvent critiques et contextualisés d’ouvrages scientifiques pas forcément récents.
  • Cairn ce site regroupe les publications en sciences humaines et sociales de nombreuses revues. Contrairement à Persée, tous les contenus ne sont pas en libre accès. Il est toutefois possible de payer la consultation des articles à l’unité, et pour une somme modique. Je me sers souvent de Cairn pour avoir un aperçu global de la façon dont une thématique est traitée dans le domaine des sciences humaines et sociales.
  • HAL, archives ouvertes Un site créé par le CNRS pour permettre aux chercheurs de déposer leurs articles et manuscrits qui sont ensuite consultables en libre accès par tout-e-s. Toutes les disciplines y sont représentées.
  • Thèses en ligne Un sous site dépendant de HAL qui recense particulièrement les thèses de doctorat et d’habilitation à diriger les recherches. On peut effectuer des recherches par nom d’auteur, université de soutenance, date ou discipline. Outre l’apport documentaire certain, je m’en sers pour alimenter mon tumblr récréatif de remerciements de thèse Je voudrais remercier.
  • La documentation française c’est une édition et un centre de documentation publique sur laquelle on peut trouver certaines ressources payantes mais aussi la plupart des rapports d’études émanant des différents ministères en accès libre et téléchargement gratuit.
  • La librairie de l’OCDE utile pour toutes les comparaisons entre la France et d’autres pays (pays membres de l’OCDE, donc très majoritairement plutôt riches)
  • Cochrane On y trouve des revues de littérature de méta-analyses sur les questions de santé. C’est une ressource majeure pour avoir des données sur l’impact de telle ou telle pratique médicale.

Base de données

  • Légifrance C’est LE site de référence sur les ressources juridiques, un site de service public où sont consignées toutes les lois, décrets, publications au journal officiel, etc. Je l’utilise essentiellement pour les textes du XXème siècle. Pour les textes antérieurs, je préfère aller directement sur Gallica.
  • INED La référence pour toutes les données démographiques relatives à la natalité, mortalité, fécondité, âge au mariage, etc… et sur Nesstar on peut avoir gratuitement accès à toutes les données des enquêtes INED
  • CRAT base de données sur les agents tératogènes. Sur ce site, on peut trouver l’état des connaissances de l’influence d’un grand nombre de médicaments sur une grossesse en cours ou un allaitement.
  • OMS Une référence pour avoir les données sanitaires à l’échelle mondiale.
  • Le répertoire des spécialités pharmaceutiques de l’ANSM pour obtenir les informations sur la mise en circulation d’un médicament ainsi que ses différentes formes.

Dictionnaires

Veilles

  • La Veille scientifique et technologique de l’Institut français d’Education, qui recense régulièrement via sa newsletter (mais qu’on peut aussi consulter en ligne) le sommaire des revues nationales, internationales, des ouvrages, thèses et colloques parus dans le domaine des sciences de l’éducation.
  • La lettre d’information de Yapaka, un programme belge de prévention de la maltraitance qui recense tous les 15 jours de nombreuses manifestations, colloques, ateliers mais aussi publications (dont de nombreux livres accessibles gratuitement en texte intégral)

Les ressources que j’ai présentées ci-dessus donnent très majoritairement accès à des contenus gratuits, qui malheureusement, ne représentent qu’une petite partie des publications scientifiques. Pour pouvoir lire les autres, il faut disposer d’un accès universitaire, ces institutions payant (très) cher pour ce droit à consultation. Depuis quelques années, de plus en plus de scientifiques s’élèvent contre les coûts exorbitants de ces abonnements inabordables pour le quidam. Ces contestations ont donné lieu à la création de réseaux « pirates ». C’est par exemple le cas de Sci-hub dont je me sers de temps à autres et qui donne accès à de nombreux articles en texte intégral après avoir simplement copié l’url dans la barre de recherche. Néanmoins, si on n’est pas à l’aise avec l’utilisation de ce site, il est aussi possible de demander le texte à quelqu’un qui dispose d’un accès universitaire: sur twitter, pour effectuer une telle demande, on peut se servir du hashtag #IcanhazPDF. Ou encore plus simplement, envoyer un mail aux auteurs des articles pour leur demander poliment un envoi de leur texte par mail.