Les folles inventions de la puériculture

Je ne crois pas qu’il existe un mot pour désigner la rêverie que procure la lecture aléatoire d’un dictionnaire ou d’une encyclopédie, sautant d’une entrée à l’autre, dans le plus grand mépris pour la recherche initiale. Cette activité a pourtant englouti un grand nombre d’heures de mon enfance… mais c’était sans compter l’avènement d’Internet, qui m’a permis de m’y adonner à l’échelle quasi-industrielle, voire, d’en faire (presque) mon métier. Aussi, à l’heure où les uns se promettent un bon bain, une bonne série, ou un bon gâteau pour se récompenser d’une dure journée de labeur, je me promets une session de rêverie exploratoire sur un moteur de recherche quelconque.

L’autre jour, c’est sur Google Patents que j’ai jeté mon dévolu, le moteur de recherche pour les brevets en anglais, avec le projet d’y trouver des trucs aussi surprenants que cette centrifugeuse à accoucher, censée faciliter la naissance des bébés (qui a valu à ses inventeurs d’être lauréats des Ig Nobel 1999).

Alors me voilà partie avec les mots clés, birth, baby, mothering, ….et voilà ce que j’ai glané (par ordre chronologique)!

J’ai mis du temps à comprendre comment l’inventeur imaginait les choses et notamment pourquoi vouloir faire respirer un bébé pas encore né (et donc encore relié par le cordon ombilical qui, je le rappelle, apporte à son organisme l’oxygénation dont il a besoin…). Hé bien, justement, l’inventeur destinait la chose aux bébés en siège et aux cas où survenait une compression du cordon ombilical… il imaginait qu’on puisse introduire une petite poire dans la bouche de l’enfant in utero reliée à un tuyau pour le faire respirer directement dans l’utérus. Sur le papier, on a envie de se dire « et pourquoi pas? » (même si je souffre pour la pauvre femme à qui on aurait du insérer le bras entier dans l’utérus pour aller y placer le respirateur dans la bouche du bébé) dans la pratique, l’inventeur se garde bien de dire comment l’enfant allait pouvoir prendre sa première respiration comprimé comme il l’est dans l’utérus ni comme il allait pouvoir naître avec ce truc en plus dans la bouche sans que le tuyau lui-même ne soit pas fortement comprimé (tout comme ses propres poumons) au moment du passage de l’enfant dans le vagin.

Outre le fait qu’il est amusant de voir un vêtement d’allaitement d’une mode plus que révolue, l’argumentaire qui accompagne le croquis est assez amusant à lire. On y apprend que son inventrice l’avait conçu pour éviter aux mères (ou nourrices?) l’embarras de devoir de déshabiller devant tout le monde et aussi qu’elle souhaitait proposer un vêtement en apparence « normal » c’est à dire qui ne laisserait pas a priori deviner qu’il était destiné à une femme allaitante. Si j’ai bien compris, il s’agit même là d’une technique permettant de modifier des vêtements existants pour en faire des vêtements d’allaitements… pas hyper pratiques quand même vu (il me semble) la petite taille de l’ouverture, j’ai du mal à croire que celui puisse faciliter une bonne position pour la mise au sein.

C’est un peu effrayant à première vue mais l’intention était louable: il s’agissait de permettre aux bébés de profiter du grand air lorsque les parents vivaient en appartement et échapper à l’air vicié des villes surpeuplées. L’invention ayant été conçue pour pouvoir être suspendue à une fenêtre ouverte. Pour faire des bébés sains et aussi… totalement insensibles au vertige donc. Pour voir quelques photos de cette cage telle qu’elle a été réellement utilisée vous pouvez aller voir .

Appuyer sur l’utérus pour tenter d’aider le bébé à sortir, voici une idée aussi peu nouvelle qu’efficace. J’en parlais déjà ici….

Qui parle assez bien de lui même et n’est pas sans rappeler le dispositif inventé par Charlie Chaplin dans le film « The Kid » (A 11 min 38… un film que je déconseille d’ailleurs fortement aux tout-jeunes parents, sauf à désirer ardemment une déshydratation oculaire).

 Voilà pour aujourd’hui!! Mais rassurez-vous, j’ai découvert sur Wikipédia qu’il existait aussi une base de données en ligne sur les brevets européens, avec plus de 70 millions de références —–> Enjoy!

Crédits photo Frédéric Bisson/Flickr/Utilisation commerciale autorisée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s