Au tour des pères d’en baver pendant la grossesse

Résumé: 

L’idée commune veut que la grossesse soit d’abord une affaire de femme. Si son suivi médical implique les pères, c’est plus souvent pour prévenir un potentiel désengagement et favoriser le lien d’attachement que par nécessité médicale. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi (et n’en sera sans doute pas toujours ainsi non plus!). Par un détour historique et ethnologique, je montre que les pères ont souvent été partie prenante du bon déroulement des grossesses, parfois eux-même soumis à des règles de conduites ou des restrictions alimentaires telles qu’elles s’appliquent essentiellement aujourd’hui en France aux femmes. Je montre aussi comment la recherche du risque zéro pourrait bien dans les années à venir générer pour les futurs pères de nouvelles exigences sanitaires et comportementales pour faire plus que jamais le plus beau des bébés.

Article à lire en intégralité sur Slate.

Crédits photos Mag B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s