Ultimatum de mère épuisée

Le problème des jobs qu’on fait par vocation, c’est qu’ils nous conduisent généralement à dépasser les limites qu’on s’était fixées AVANT de les accepter.
Mais vous me direz qu’un boulot qu’on aime, ça n’a pas de prix, surtout par les temps qui courent…
et vous n’auriez pas complètement tort!
On m’avait bien dit de faire attention de ne pas me laisser bouffer, j’avais acquiescé, sûre de mes capacités de discernement et persuadée d’être de faire mieux que toutes celles et ceux qui avaient fini au fond du trou.
On m’avait dit: tu verras, dans ce métier de contact, tu ne t’ennuieras jamais.
On m’avait dit: tu verras, c’est vraiment un job qui apporte de grandes satisfactions et qui te fera te coucher le soir avec le sentiment du travail accompli.

Un vrai boulot à responsabilités, des horaires de malade, un salaire de merde mais bon… quand on n’aime hein!
Et voilà!
Moi qui d’habitude suffoque rien qu’à l’idée de signer un contrat d’abonnement téléphonique
ben là
j’ai signé direct
et suis partie au charbon la fleur au fusil.
La période probatoire a été franchement difficile, rien à voir bien sûr avec le pied total que j’avais pu connaître lors des quelques stages réalisés par le passé (c’est la différence entre le tourisme et l’immigration comme disent les blagues carambar).
Et pis, j’avais tenté d’organiser mon boulot, de rationaliser les obstacles, de positiver quoi…
Sans penser au manque de reconnaissance des collègues, ni aux problèmes qu’on vous refile toujours à VOUS 5 min avant de partir en week end/vacances…
J’ai même continué de me fixer des challenges plus ou moins balèzes, parce qu’on dit que c’est comme ça qu’on avance (et on est assez bête pour le croire!)…
Et puis bon, j’ai fini par m’habituer à ce rythme infernal, j’ai même ouvert un blog pour décompresser, parce que trouver des gens qui vivent la même chose, la même passion, ça aide à se souvenir pourquoi on se lève tous les matins.
Alors évidemment, ça fait tenir un peu plus longtemps, relativiser ses coups de mous, mais le manque de reconnaissance abyssal, la charge de travail écrasante, les astreintes permanentes, cette sensation d’être à la fois irremplaçable et minable sans compter que j’ai complètement mis ma vie personnelle en parenthèses pour ce taf… ça s’accumule, s’accumule, s’accumule….
Un jour on s’aperçoit qu’on a zappé l’anniversaire d’un proche, le lendemain on devient limite mystique… mais jusqu’où cela ira-t-il??
(rassurez-vous, je n’ai aucune intention d’aller me pendre dans les toilettes de la Leche League avec mon écharpe de portage après avoir avalé 1L de liniment oléo-calcaire)
Alors voilà,
ça fait quelques jours que l’envie me prend d’aller poser sur le bureau familial
ma lettre de démission de mère au foyer
 
 en attendant, je dépose un préavis de grève reconductible pour lundi prochain 8H00, et n’accepterait de négocier une reprise du travail que lorsqu’un code du travail humain sera rédigé pour encadrer cette profession multi-séculaire.
J’exige donc:
  • Une pause journalière d’une demi-heure
  • Une journée de travail de moins de 12H
  • 1 semaine de congés payés par an
  • Pas plus de quatre week end d’affilée d’astreinte
  • Une indemnisation en nature de tous les effets personnels dégradés par les mauvaises conditions de travail (chemisiers tâchés de purée carotte, pull recouvert de vomi, etc…)
  • Une revalorisation des jours où les gosses (ou les instits) sont malades (comptent double), ainsi que des jours où le nombre d’enfant excède le taux d’encadrement légal dans les micro-crèches (à savoir 4 enfants/adulte)
  • Le paiement des heures sup’ après 19H00
  • Le droit au congé maladie

Article initialement publié sur feu le blog de la Famille Déjantée. Crédits photo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s